Champions league, tout azimuts

Samedi soir.Champions League. Real Madrid. J’ai vécu deux heures palpitantes et je l’avoue : plus qu’un « hourra » de victoire, c’est un « ouf » de soulagement que j’ai poussé. Sinon, mon whatsapp aurait dû être offline au moins pendant deux jours. La fin justifie les moyens et, du haut de ma subjectivité, je dirais que le meilleur a gagné.